20 October, 2014

Atelier sur le cyberharcèlement

Pas de commentaire
Category: Non classifié(e)
Claire Uszynski
10 am

L’activité sur le cyber-harcèlement a été mise en place deux fois au cours du stage de formation Connexions et a réuni ainsi plus d’une dizaine de participants.

L’animateur a tout d’abord exposé des situations de harcèlement aux participants, qui devaient en choisir au moins un et raconter ce que cela leur évoquait. L’une des participantes a notamment choisi le cas de la jeune Amanda Todd, jeune adolescente de 15 ans qui a mis fin à ses jours parce qu’elle était harcelée.

blog post CH 2blog post CHblog post CH3blog post ch 6

Ils se sont par la suite mis par groupe de deux ou trois pour définir ensemble la notion de cyber-harcèlement et ce que cela évoque pour eux.

Vous pouvez trouver ci-dessous les différentes définitions proposées. Pour en citer quelques-unes :

« le cyberharcèlement est un acharnement de violences verbales et/ou insultes envers une personne, en fonction d’un ou plusieurs critères de discrimination » ou encore « le cyberharcèlement se détermine par sa victime, sa dépendance à l’Internet, son isolement et son sentiment d’être démunie, un commentaire peut exercer la même pression qu’une accumulation » ou bien « le cyberharcèlement est une boule de neige poussée par la haine, qu’on n’a plus la force d’arrêter, même derrière un click ou un écran, elle s’introduit dans l’intimité d’autrui ».

 

De manière générale, les participants se sont tous mis d’accord sur le fait que le terme de « harcèlement » désigne une succession de violences.

blog post ch7

 

Puis, le facilitateur leur a fait faire une activité de Connexions, intitulée « Face au cyberharcèlement ». Le principe est simple : les participants étaient mis devant différentes situations de cyberharcèlement ou harcèlement offline et devaient se positionner selon ce qu’ils feraient : soit rien du tout, soit ils répondraient au harceleur, soit ils le signaleraient, ou bien autre chose.

Pour donner un exemple concret, l’une des situations demandait aux participants s’ils signaleraient au professeur un harceleur alors qu’ils sont en parallèle menacés par ladite personne. Les réponses variaient souvent entre plusieurs personnes et étaient très diversifiées.

blog post CH5blog post CH4

Plusieurs éléments ont émanés de cette activité : les participants ont pu noter que souvent les réponses qu’ils donnent représentent souvent les attitudes qu’en théorie un adolescent devrait avoir, mais en pratique, il n’est absolument pas certain que c’est ce qu’il fera. Les participants ont souligné l’intérêt de cette activité à pratiquer auprès des adolescents, car en leur proposant des situations concrètes d’harcèlement, ils font un travail de réflexion sur ce qui est bon de faire dans ces cas-là.

Un autre élément conclusif de cette activité concerne le rôle des parents et le fait qu’ils devraient être plus impliqués et plus sollicités, car ils sont partie prenante de ce processus et souvent les jeunes ont un sentiment de honte à l’idée d’en parler aux parents.   L’agresseur ni la victime ne doivent être stigmatisés.

 

L’activité s’est clôturée par une série d’actions et de suivi possible évoqués par les participants. Parmi les actions, on y trouve la nécessité de constituer un groupe d’écoutes, de faire intervenir les psychologues si besoin. Certains participants ont évoqué l’idée de faire des capsules vidéo courtes pour sensibiliser les parents et les jeunes à ce problème. Une journée de sensibilisation a également été évoquée.

Pour les idées de suivi, il y a la création d’une plateforme en ligne pour créer des ressources pour la lutte contre le cyberharcèlement, la mise en place d’un séjour de jeunes sur le thème du discours de haine et la mise en place d’un numéro vert national.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*