1 June, 2016

Respecter les droits humains des réfugiés

Pas de commentaire
Category: European Action Day @fr
Community Manager
8 pm

Journée d’action pour dénoncer le discours de haine visant les réfugiésdmeu_r705b_1_std.lang.all másolata

A la fin de 2014, on estimait à 3,5 millions le nombre de personnes ayant cherché refuge en Europe. En 2015, le nombre de nouveaux réfugiés a connu une augmentation spectaculaire en raison des conflits en cours dans les régions voisines de l’Europe et en Europe même. Ainsi, 1,26 millions de personnes ont demandé l’asile à des pays membres de l’Union européenne (source : Eurostat), la plupart provenant de régions ravagées par la guerre au Moyen-Orient et en Afghanistan. La Turquie à elle seule accueille 1,9 millions de réfugiés et de demandeurs d’asile (source : HCR) fuyant la guerre dans la Syrie voisine et au-delà. En 2016, la migration des réfugiés se poursuit, avec un coût humain élevé. Par exemple, le HCR a enregistré 184 162 arrivées en Europe par voie de mer entre janvier et avril 2016, et 1 261 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant la traversée. En 2015, le nombre de décès en mer s’élevait officiellement à 3 770, bien qu’il soit difficile d’en déterminer le nombre exact.

La « crise des réfugiés », ainsi que l’on a appelé cet afflux soudain, a donné lieu à des débats houleux quant à son impact sur les communautés européennes. Elle a entraîné un déchaînement de racisme, de xénophobie et de déclarations nationalistes agressives rappelant les moments les plus sombres de l’histoire européenne. Le discours de haine est omniprésent ; sous couvert de liberté d’expression et de « courage de dire la vérité », c’est à qui ira le plus loin dans l’indignité. Le droit de toute victime de persécution de demander asile est un droit fondamental qui ne saurait être sacrifié à l’autel de l’opportunisme politique.

Viser les réfugiés par un discours de haine ne fait qu’ajouter à leur tragédie personnelle. En outre, ce discours entrave la recherche de mesures efficaces et consensuelles permettant aux sociétés d’accueil de leur fournir aide et soutien. Le discours de haine cible certes les réfugiés, mais en réalité c’est nous tous qu’il vise et ce sont les droits de l’homme qu’il veut, au bout du compte, mettre à mal.

L’intensification des propos et des déclarations haineux à l’égard des réfugiés bloque les possibilités de dialogue et nous empêche de voir les autres facteurs qui sont à la source des problèmes qui se posent en Europe, mais aussi de rechercher des solutions.

La Journée d’action appelle à réagir au discours de haine et à le condamner largement et systématiquement. Elle est aussi un témoignage de solidarité envers les réfugiés, les demandeurs d’asile et tous ceux qui œuvrent à faire du droit d’asile une réalité. Il importe de débattre des meilleurs moyens de soutenir et d’intégrer les réfugiés et de répondre aux préoccupations des communautés d’accueil en bannissant tout discours de haine et dans le respect de la dignité et des droits de l’homme des réfugiés et des demandeurs d’asile.

La Journée d’action vise :

  • à sensibiliser aux effets nocifs du discours de haine visant les réfugiés ;
  • à mobiliser les militants et les partenaires de la campagne pour dénoncer et s’opposer au discours de haine visant les réfugiés ;
  • à aider les comités nationaux et les partenaires de la campagne à bâtir un discours fondé sur les droits de l’homme en opposition au discours de haine visant les réfugiés et à s’engager de façon constructive dans le dialogue public sur la crise des réfugiés en Europe ;
  • à faire connaître la Recommandation n°15 de l’ECRI sur la lutte contre le discours de haine et les actions qu’elle préconise pour combattre le discours de haine dans les États membres du Conseil de l’Europe.

Actions préconisées pour la journée du 20 juin :

Action solidaire : reliés par le cœur – le 20 juin, nous demandons aux personnes qui nous suivent en ligne d’établir un lien avec une personne inconnue en formant avec elle un cœur avec les mains. Il s’agit d’exprimer sa volonté d’aller au-devant des étrangers et de se dresser ensemble contre le discours de haine visant les réfugiés – qui sont des étrangers frappés par l’adversité – et pour les droits fondamentaux et la dignité. Pour agir en ligne, les internautes peuvent télécharger sur la plateforme de la campagne un selfie où ils formeront un demi-cœur avec leur main, puis le relier à un selfie d’un internaute inconnu déjà publié sur la plateforme.

Contenu d’un contre-discours : la Journée d’action vise à agir contre les discours de haine en corrigeant les idées fausses et en s’attaquant aux stéréotypes sur l’impact de la crise des réfugiés et sur les réfugiés en général. Les militants du mouvement préparent des éléments de contre-discours qui pourront être partagés et publiés dans les médias sociaux : des guides de réponse point par point au discours de haine contre les réfugiés ; des infographies présentant des faits et des chiffres pertinents concernant les réfugiés et leur impact sur la société et l’économie européennes ; des mèmes et des images remettant en cause les stéréotypes et les idées fausses sur les réfugiés. Voir l’appel à la création de mèmes et d’images.

Publication d’articles et de messages vidéo sur le blog . Des articles et des histoires personnelles (écrites ou filmées) seront publiés dans le cadre de cette Journée d’action. Les militants recueillent des textes, des entretiens et des récits personnels auprès de réfugiés, d’experts et de personnalités afin de nous aider à comprendre la complexité de la « crise des réfugiés » et à construire un discours public respectueux sur la question. Voir l’appel à contributions écrites ou vidéo.

Ressources pédagogiques pour les enseignants et les travailleurs de jeunesse. L’un des éléments essentiels de l’éducation aux droits de l’homme est l’acquisition des compétences nécessaires à une réflexion critique sur les droits de l’homme des groupes vulnérables et le renforcement des valeurs de compassion et de solidarité. L’éducation aux droits de l’homme permet également d’acquérir les compétences nécessaires pour exprimer une divergence d’opinion sans recourir au discours de haine, compétences sans lesquelles le dialogue a peu de chances d’aboutir. Pour la Journée d’action, les militants préparent des recommandations d’activités et d’exercices éducatifs permettant d’aborder la question des réfugiés et de développer chez les jeunes les compétences mentionnées ci-dessus. Une liberté sans limites ?, activité tirée du manuel CONNEXIONS ; « Un centre de réfugiés à Sommeil-City », d’après l’activité « Une mosquée à Sommeil-City » dans le manuel CONNEXIONS ; Trois objets, activité tirée du manuel Repères ;  Puis-je entrer ?, activité tirée du manuel Repères ; Combien nous faut-il ? activité tirée du manuel Repères.

Recommandations d’événements hors ligne. Des événements sociaux où les membres de la communauté (anciens et nouveaux venus) peuvent, autour d’un verre et de choses à grignoter, partager des expressions culturelles et échanger des points de vue, sont souvent utiles pour faire connaissance, « briser la glace » et entamer un processus de dialogue plus durable. Le succès de ces événements repose sur leur ambiance informelle et le sentiment de sécurité nourri par la participation de représentants de toutes les communautés. Les activités sociales attirant les visiteurs, pensez par exemple à organiser des jeux populaires, une fête, etc. Les militants préparent des recommandations en vue d’actions hors ligne de sensibilisation et d’éducation aux questions touchant aux réfugiés. Rendez-vous sur notre page consacrée aux recommandations d’actions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*